Qu'est-ce qu'une arme chimique ?

1.png

I- Qu'est-ce qu'une arme chimique ?

 

Les armes chimiques, sont des armes extrêmement dangereuses catégorisées comme des armes de destruction massive, et inspirées des armes biologiques. Elles renferment des substances chimiques toxiques voir mortelles pour l’homme, et adapte sa composition en fonction des besoins de son utilisateur. Elle peut être létale ( c'est-à-dire dans le but de tuer ) ou simplement neutralisante. Elle est généralement très toxique sur la faune et la flore.

La mise au point de telles armes et leur utilisation, ce sont essentiellements développées durant la Première Guerre mondiale, où leur utilisation était courante.

 

Image montrant leur emploi lors de la Première Guerre mondiale :

2.png

Portés par le vent, les gaz n’avaient aucun problème à envahir les tranchées ennemies.

 

Les agents chimiques portés par ces armes, sont classés en différentes catégories en fonction de leur effet prédominant sur l’homme. Ainsi on en distingue quatre grandes catégories, qui sont les agents suffocants, vésicants, hémotoxiques et neurotoxiques. Chacun ayant des effets différents, mais toujours dévastateurs sur la santé.

 

 

-Les agents suffocants : Ils s’attaquent directement aux poumons de ceux qui le respirent. Ils s’attaquent aux tissus pulmonaires, et y causent dans certain cas, une accumulation de fluides causant une suffocation de la victime.

 

Exemple de Gaz suffocant : LaBertholite

La bertholite désigne un gaz couramment utilisé lors de la première guerre mondiale par l'Allemagne et ses alliés. Aussi connue sous le nom de "Dichlore" ( chlore à l’état gazeux ), la Bertholite était un puissant gaz suffocant, très toxique, causant de graves dommages aux voies respiratoires de ceux qui l'inhalaient. A dose suffisante, il entrainait la mort par asphyxie.

Petite anecdote, le moyen que les soldats avaient mit au point pour s'en protéger, consistait à uriner sur un chiffon et s'en couvrir le nez et la bouche. Car l'ammoniac présent dans l'urine réagissait avec la Bertholite ( ou Dichlore ) et en diminuait la toxicité. Ainsi, malgré la présence de ce gaz, les soldats continuaient le combat. Plus tardivement, la mise au point de masque à gaz permit de lutter plus efficacement, avec des réactifs bien plus performants.3.png

 4.png5.png

 

 

 -Les agents hémotoxiques : Ils perturbent les fonctions corporelles en empêchant les cellules de respirer, et bloquent le transfert d’oxygène du sang vers les tissus de l’organisme.

 

Exemple de gaz hémotoxique : L’acide Cyanhydrique

 

Présent sous forme d'un liquide incolore et très volatile à l'état pur ( l'acide cyanhydrique ), le cyanure d'hydrogène, tristement célèbre sous l'appellation de "Zyklon B", peux également se présenter sous la forme d'un gaz incolore émettant une forte odeur caractéristique d'amande amère. Il est extrêmement toxique et s'avère très vite mortel car il provoque une anoxie. Une dose de 300 ppm suffit à tuer une personne en quelques minutes.


 6.png

 

 

7.png  8.png

 

9.png5-1.png10.png

 

 

 -Les agents vésicants : Membranes muqueuses, poumons, yeux et la peau sont la cible de cet agent particulièrement virulent. Son action, locale, sur les yeux entraîne de graves lésions nécrotiques, et la cécité. Sur la peau, des tuméfactions (cloques) ainsi que des rougeurs apparaissent, et se concrétisent souvent en nécrose cutanée. Cet agent est principalement mortel, lorsque qu’il est inhalé. Par exemple, l'inhalation de gaz moutarde irrite les voies respiratoires entraînant un œdème pulmonaire. Si la dose est importante, des blessures à la moelle osseuse, aux ganglions lymphatiques et à la rate peuvent être provoquées.

 

Exemple de gaz vésicant : Le gaz moutarde :

Aussi connu sous le nom d’Ypérite, le gaz moutarde et très certainement le gaz de combat qui a été le plus utilisé durant la première guerre mondiale. Sa forme pure ( et à température ambiante ), il se présente sous la forme d’un liquide visqueux, inodore et incolore, attaquant les poumons et les yeux, mais aussi la peau où il fait apparaitre de grandes cloques. Sous sa forme gazeuse, il provoque de graves brûlures chimiques sur la peau, les yeux et les muqueuses et cela même au travers des vêtements et du caoutchouc des masques et des bottes.

Il doit son nom à une des formes impures de son gaz, exhalant une odeur semblable à celle de la moutarde, de l’ail ou encore du raifort.



11.png12-1.png 13.png4-1.png5-2.png

 

 

 

 -Les agents neurotoxiques : Ce sont les plus dangereux de tous, ces effets causent des séquelles irrémédiables sur l’organisme de la victime. Il ont pour but d’inhiber un enzyme, l’acétylcholinestérase, ce qui cause une accumulation d’acétylcholine, un neurotransmetteur, ainsi qu’une sur stimulation des muscles et des glandes. Etant le plus souvent totalement inodore et incolore, on s’aperçoit généralement de l’exposition à un tel type d’agent chimique quand des symptômes plus ou moins virulent apparaissent. Les symptômes sont nombreux : écoulement nasal, serrements à la poitrine, baisse visuelle, rétrécissement des pupilles, difficulté à respirer, bave, transpiration excessive, nausée, vomissements, crampes, défécation et miction involontaires, secousses musculaires, mouvements saccadés et démarche chancelante, confusion, coma, convulsions, etc… une insuffisance cardiaque et la mort s’en suit.

 

Exemple de gaz neurotoxique : Le Sarin :



Le plus redoutable de tous est sans aucun doute, le sarin. Il s’agit d’une substance très volatile, incolore et inodore, extrêmement toxique pour l’Homme et l’animal. Une infime dose de Sarin suffit à tuer ( 0,01 ppm ). Environ 500 fois plus toxique que les cyanure, il n’a guère de mal à pénétrer dans l’organisme soit au travers des poumons, soit au travers de la peau par laquelle il est absorbé directement, et passe ensuite dans le sang. Lorsque qu’il s’avère non létal il cause de très graves et irrémédiables séquelles neurologiques. Le Sarin ( GB ) est aujourd’hui considéré comme une arme de destruction massive et fut voué à la destruction depuis le CIAC* signé le 13 janvier 1993, et fait partie des armes immergées par la France, et de nombreux pays.

Il possède deux dérivés tout aussi dangereux qui sont le chlorosarin et le cyclosarin (GF)

 

14.png 4-2.png

 

 

*La convention sur l'interdiction des armes chimiques ( CIAC ) est le nom donné au traité international signé le 13 janvier 1993 à Paris interdisant la fabrication, la manipulation, l'utilisation, mais aussi le stockage des armes chimiques, ainsi que toute recherche sur celle-ci. Lors de la mise en vigueur de ce traité, le 29 avril 1997, tout les pays en étant équipé ont été obligés de les détruire. Malgré ce traité de nombreux pays ont refusé de le signer, tel que :

 

- la Syrie

- la Somalie

- l'Egypte

- la Corée

- l'Angola

- le Soudan du Sud

 

 

 

 

Autres exemple d’agents chimiques :

 

Agents suffocants :

Le phosgène, le diphosgène, le chlore, le perfluoroisobutylène et la chloropicrine sont tous des agents suffocants.

 

Agents hémotoxiques :

L’acide cyanhydrique et le chlorure de cyanogène sont des agents hémotoxiques.

 

Agents vésicants :

Les moutardes au souffre, les lewisites, les moutardes à l’azote et l’oxime de phosgène sont tous des agents vésicants.

 

Agents neurotoxiques :

Le tabun, le sarin, le soman, les agents GF et VX sont des exemples d’agents neurotoxiques.

 

 

 

Lexique :

 

Acétylcholine : C’est un neurotransmetteur impliqué dans la mémoire, l’apprentissage et joue un rôle important dans le système nerveux central (activité musculaire, fonction végétative).

 


15.png16.png

Neurotransmetteur : Il s’agit d’une substance « messagère » libérée par les neurones, qui transporte une information d’un neurone à un autre sous l’effet d’une impulsion électrique.

 

Anoxie : Diminution du taux de Dioxygène présent dans le sang. Elle désigne également l’incapacité des cellules à pouvoir l’utiliser notamment après une intoxication aux Cyanures.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site